Microplastiques et cosmétiques

Comment éviter les perturbateurs endocriniens ?
19 juin 2019
Le microbiome cutané, un domaine d’étude prometteur pour l’industrie cosmétique
8 janvier 2020
Tout montrer

Pour des raisons environnementales, on entend beaucoup parler de microplastiques mais qu’est-ce-qu’un microplastique ? Pourquoi présentent-ils un risque ? Sont-ils autorisés ?

 

Le terme « microplastique » fait référence à de petites particules solides (< 5 mm), faites d’un polymère synthétique.

Lorsqu’ils sont présents dans l’environnement, ils sont associés à des risques potentiels pour la santé humaine et l’environnement :

– leur petite taille (typiquement microscopiques) les rend facilement accessibles pour l’ingestion et potentiellement susceptibles d’être transférés dans les chaînes alimentaires ;

– leur grande résistance à la (bio)dégradation les conduit à être présents dans l’environnement longtemps (des milliers d’années) après leur libération initiale ; leur élimination totale est pratiquement impossible et ils se dégradent en particules de plus en plus petites (nanoplastiques).

Ces microplastiques, apportés de manière intentionnelle ou via l’élimination inappropriée ou inefficace d’articles plastiques et leur dégradation progressive, polluent gravement les eaux marines et causent d’importants dégâts sur la biodiversité.

 

Ils sont présents dans de nombreuses industries mais intéressons-nous en particulier au secteur cosmétique.

Ce dernier ne participerait qu’à hauteur de 2 % à cette pollution mais il est le premier touché par les politiques d’interdiction.

En Europe, cette restriction n’est pas encadrée par la réglementation cosmétique (1223/2009 EC) mais est mise en place indépendamment dans les différents pays. Elle concerne à chaque fois les microplastiques ajoutés intentionnellement dans des produits destinés à être rincés. En France, c’est le cas depuis Janvier 2018. D’autres pays dans le monde ont mis en place des restrictions similaires (USA, Canada, Inde, Corée…).

Le sujet est actuellement en cours de discussion auprès de l’ECHA (European Chemicals Agency) : par souci d’harmonisation, ils souhaitent que cette mesure devienne applicable pour les cosmétiques dans l’ensemble de l’Europe. De plus, elle serait étendue aux produits non rincés contenant des microplastiques ≥ 0.01 % sur une période transitoire de 6 ans. Un avis est attendu d’ici Mars 2020 pour une entrée en vigueur fin 2020.

 

Attention aux raccourcis !

Il n’est pas possible d’identifier de manière certaine un microplastique grâce à la liste INCI de votre produit. En effet, un même polymère peut exister sous différentes formes, telles que solide, liquide, … Toutefois, une liste non exhaustive des 19 polymères le plus souvent identifiés comme microplastiques est disponible. Il est donc important de repérer ceux qui sont concernés par la définition (et le risque environnemental associé) en identifiant ceux qui sont présents sous forme solide dans le produit cosmétique fini : à titre indicatif, on peut par exemple les retrouver sous forme de microbilles dans les produits de gommage.

 

Pour aller plus loin :